Qui sommes-nous ?

Un laboratoire phare dans le domaine des Science and Technology Studies

Fondé en 1967, le CSI est devenu dans les années 80 un des laboratoires phares au plan international dans le domaine des Science and Technology Studies, Michel Callon et Bruno Latour étant les chefs de file d'une nouvelle approche, baptisée sociologie de la traduction ou encore théorie de l'acteur-réseau (Actor-Network Theory, ANT).

La sociologie de la traduction a proposé une troisiême voie permettant d'échapper au débat entre réalisme - les connaissances reflètent une réalité extérieure - et constructivisme - les connaissances sont le produit d'activités humaines -, ce dernier étant taxé de relativisme par le premier (les connaissances admises ne seraient que l'expression, à un moment donné, d'un certain état de la société). C'est en examinant le travail matériel de production de la réalité et des connaissances que la sociologie de la traduction a permis de renouveler le débat, à travers l'doption d'un point de vue résolument pragmatiste.

Elle a mis l'accent sur l'analyse des pratiques des acteurs et a développé un certain nombre de concepts - traduction, réseau socio-technique, médiation - permettant de comprendre la manière dont des connaissances ou des innovations sont progressivement constituées et transforment nos sociétés.

En savoir plus sur l'ANT →

En schématisant à l'extrême, on pourrait dire que, pour l'ANT, décrire le monde c'est mettre en évidence le réseau des relations dans lesquelles acteurs, dispositifs matériels, entités du monde naturel sont pris et par lesquelles ils s'entredéfinissent. Dans cette perspective, le travail du scientifique ou de l'innovateur consiste à transformer ce réseau socio-technique en suspendant certaines associations et en en créant de nouvelles, ceci par l'agencement de dispositifs d'intéressement : pour reprendre l'exemple canonique développé par Michel Callon, les filières placées en baie de Saint-Brieuc constituent un tel dispositif, supposées « intéresser » les larves de coquilles Saint-Jacques en les incitant à se fixer plutôt qu'à se laisser porter par les courants ou dévorer par les prédateurs ; les larves fixées sur les filières deviennent elles-mêmes un dispositif d'intéressement des marins pêcheurs, poussés à adopter de nouvelles pratiques de pêche. Si les dispositifs imaginés arrivent à stabiliser un nouvel état des relations entre les différentes entités, alors on dira que les opérations de traduction engagées par les chercheurs ont réussi, débouchant sur un nouvel état de la production et du marché de la coquille Saint-Jacques, et de nouvelles connaissances sur les coquilles elles-mêmes, connaissances à la construction desquelles elles sont partie prenante. L'ANT échappe de ce point de vue à l'accusation de relativisme associée aux théories constructivistes.

Callon, M. (1986), Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles St-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de St. Brieuc, L'Année Sociologique, numéro spécial La sociologie des Sciences et des Techniques, 36, 169-208. (Lien vers la version en anglais →)

Voir aussi :
Akrich, M., Callon, M. and Latour, B. (2006), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris : Presses des Mines. (Lien vers Les Presses des Mines →)

Une approche centrée au départ sur le coeur de l'activité de recherche et d'innovation

Jusqu'au milieu des années 90, le CSI s'est intéressé surtout aux activités de recherche et d'innovation en tant que telles, en s'investissant sur trois thématiques complémentaires :

- l'anthropologie des sciences et des techniques qui a renouvelé la description et la compréhension de l'innovation scientifique, technique ou culturelle ;
- les politiques de recherche et d'innovation repensées à l'aune de cette nouvelle conceptualisation du développement des sciences et des techniques ;
- la construction des marchés et des usages, thématique qui a permis de montrer le rôle actif des intermédiaires du marché et des usagers dans la transformation des réseaux socio-techniques et, de fait, leur participation au processus d'innovation.

 

Un redéploiement des recherches au carrefour entre STS, sociologie, économie et science politique

A partir du milieu des années 90, le CSI a prolongé son effort de recherche théorique et pratique, des terrains où sa compétence était reconnue comme les sciences et les techniques vers des domaines nouveaux : environnement, transport, sécurité, services, santé, communication, goûts...

Après avoir défini les termes d'une sociologie centrée sur l'innovation, le CSI s'est attaché à montrer en quoi la prise en compte des objets - apport à la fois théorique et technique de la sociologie de l'innovation - renouvelle la manière d'approcher un certain nombre de questions classiques :

- notamment en science politique : comment repenser la production d'une volonté commune et favoriser la prise de décision en situation de haute incertitude ?
- mais aussi en économie : comment repenser l'analyse des marchés dès lors qu'on y intègre le rôle joué par les dispositifs techniques et les outils de calcul ?
- ou encore en sociologie : de quelle manière analyser la construction des personnes, des sujets, des collectifs, des goûts, des compétences... dès lors que l'on ne fait plus la séparation entre d'un côté des individus ou des groupes définis a priori et de l'autre des dispositifs ou des produits ?

Les travaux récents sont structurés autour de trois grands ensembles de questions, qui peuvent se recouper sur un certain nombre de terrains :

- Les formats de la démocratie technique : expérimentation sociale, débat public et fabrication des collectifs
- La fabrique de l'économie : dispositifs socio-techniques, sciences économiques et de gestion, et performativité
- La constitution des individus et des collectifs : médiation, attachements et formes d'expérience

Pour en savoir plus les thèmes de recherche →

Une recherche « impliquée »

Depuis sa création, les recherches du CSI se sont toujours effectuées dans un cadre partenarial, le mot partenariat devant être entendu dans un sens extensif, qui concerne à la fois les aspects financiers et les aspects scientifiques de la recherche.

Les contrats de recherche concernent aujourd'hui principalement le secteur public. Depuis 2008, les principaux financeurs sont :

- L'ANR (Agence nationale de la recherche) ainsi que diverses agences (HAS, AFFSET, INCA, INHES etc.), l'ensemble représentant 55% des contrats
- La Commission Européenne : 6 contrats européens, dont 4 en coordination et une Starting Grant du Conseil européen de la recherche (40% des ressources contractuelles)

L'expérimentation de nouveaux formats de recherche collaborative a représenté une tendance forte de ces dernières années. Quelques exemples :

- un groupe de chercheurs (physiciens, modélisateurs, géologues, sociologues, économistes...) a produit un ouvrage dont l'objectif était de renouveler l'analyse des enjeux liés au nucléaire ;
- un projet collaboratif associant militants, sociologues, juristes, et scientifiques a débouché sur la rédaction d'un projet de loi visant à instituer en droit la démocratie participative et les conférences de citoyens ;
- un séminaire suivi avec des aides-soignantes et des infirmières coordinatrices a été l'occasion d'élaborer collectivement l'expérience des professionnelles du soin à domicile, expérience peu verbalisée, peu considérée et peu étudiée ;
- des focus groups avec des représentants d'associations de patients ont permis un apprentissage collectif et une formalisation de leurs expériences dans un ouvrage articulant leurs témoignages à une analyse plus thématisée.

Le CSI a joué un rôle moteur dans la mise en place de l'Observatory for Responsible Innovation, un think tank indépendant qui a pour objectif de proposer et de débattre des mesures et méthodes propres à promouvoir des formes d'innovation responsable ; Fabian Muniesa, chercheur au CSI, assure la direction exécutive de l'Observatoire. Site de l'Obervatoire →

 

Un laboratoire reconnu et ouvert sur l'international

- Un tiers d'étrangers dans l'effectif total du laboratoire
- En moyenne 4 à 5 visiteurs par an pour des durées minimales de deux mois
- Depuis 2008 :
   › 155 publications dont 65 (42%) en langue étrangère (anglais pour l'essentiel)
   › Implication dans 7 contrats européens dont 3 en coordination et une Starting Grant de l'European Research Council

Une palette diversifiée d'enseignements

Les membres du CSI participent à la formation à divers niveaux :

- Doctorat : le CSI a encadré, depuis 1991, 45 thèses de doctorat, ce qui représente en moyenne 2,3 thèses délivrées par an. Il offre des conditions de travail et d'encadrement de haute qualité ; les doctorants trouvent pour la plupart des débouchés dans l'enseignement supérieur et la recherche.

 

 

- Elèves-ingénieurs :
   › Six cours dont un en anglais dans le cadre des semaines d'échange Athens. A noter un enseignement obligatoire d'analyse des controverses scientifiques et techniques qui vise à faire prendre conscience aux futurs ingénieurs des enjeux sociaux, éthiques, politiques, économiques associés au développement de l'innovation
   › Un cursus de spécialisation sur Innovation et Entreprenariat préparant les ingénieurs à la création d'activités économiques basées sur des innovations et qui rencontre un vif succès (266h)

- Masters : cours dans le cadre de masters de Paris I, Paris III, Sciences Po, International University College of Turin

- Mastères spécialisés : enseignement et encadrement d'étudiants dans le cadre du mastère de gestion de l'environnement et du mastère santé-environnement

- Formation doctorale : séminaires de formation doctorale à Mines ParisTech (doctorants toutes disciplines confondues), à la Copenhagen Business School, à l'EISAM à Bruxelles

- Formation continue : Badge "Management Associatif" proposé conjointement par le CSI Mines ParisTech et l'ADEMA (Association pour le développement du management associatif)

 

CONTACTS

Centre de Sociologie de l'Innovation
Mines ParisTech - CNRS UMR 7185
60 Boulevard Saint Michel
75272 PARIS Cedex 06
FRANCE

Tél.: + 33 (0)1 40 51 91 91
Fax: + 33 (0)1 43 54 56 28
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / Annuaire complet

Centre National de la Recherche ScientifiqueEcole des Mines de Paris - Mines ParisTech

© 2013 Centre de Sociologie de l'Innovation
Dernière mise à jour des publications : Juillet 2013
Plan du site →
Aide →

Scroll to top